D É R I V E

«  Vivre, c’est passer d’un espace à un autre en essayant le plus possible de ne pas se cogner »

Georges Perec

Proposition : une balade-spectacle

Vous décidez de sortir de chez vous. Dehors, vous marchez sans but précis, vous portez votre attention sur ce qui vous entoure : bruits, sons, couleurs, odeurs. Vous écoutez l’espace. Imperceptiblement, l’espace extérieur se colore de votre espace intérieur. Vos sensations, vos émotions, votre histoire façonne votre perception de l’espace.
Racontez nous  la suite…

Déroulé

Dérive se passe en deux temps :
1/ SEUL.E / DEHORS
Dérive invite dans un premier temps les spectateurs à expérimenter l’exercice de la dérive. Un échauffement commun sera proposé, suivi d’une dérive dans les alentours du théâtre pendant 20 minutes.
2/ ENSEMBLE / DEDANS
Dans un deuxième temps, est présentée en salle la forme théâtrale solo DÉRIVE. Présentée aux spectateurs échauffés, elle est créée à partir du lieu de représentation et des sensations récoltées pendant une année de dérives.

Intentions

La dérive, c’est un jeu-balade défini par Guy Debord dans lequel le participant est invité, pendant un temps donné, à se laisser guider par les signes que lui propose son environnement quotidien. Lors d’une dérive, chacun s’appuie sur ses sensations pour comprendre ce qui l’entoure. Nos émotions deviennent notre boussole et notre imaginaire se projette sur les paysages traversés.

L’envie de Dérive, c’est d’abord de partager la dérive, ce jeu-ressource qui incite chacun.e à investir avec ses sens son espace quotidien. Pourquoi ? Pour le rendre plus vivable, peut-être, et surtout pour être plus lucide sur ce qui se cache derrière ses apparences.
Dérive tient aussi à proposer une mise en scène théâtrale de certaines sensations vécues lors de multiples dérives urbaines. Pour partager cette intuition que certaines sensations, loin d’être anecdotiques, sont chargées en poésie, témoignages et justes interrogations.


Équipe

Mise en scène et jeu : Brune Bleicher
Lumières : Juliette Romens
Regard extérieur : Manon Worms, Romain Pichard
Un grand merci à Martine Baron Douay,
Mathieu Huot, Raphaël Lapierre Baillet
Soutiens : Anis Gras – le lieu de l’autre, action financée par la Région Ile-de-France dans le cadre de la bourse FORTE

Dates

Sortie de résidence : 21 juin 2019 à 17h à Anis Gras – le lieu de l’autre
Création : du 3 au 5 octobre 2019 à Anis Gras – le lieu de l’autre

Bibliographie

Declan Donnellan, « L’Acteur et la cible », Éditions L’Entretemps, 2004
Virginia Woolf, « Mrs Dalloway », 1924
Sarah Kane, « Manque » , Éditions L’Arche, 2003
Nick Cave, « Where Do We Go Now But Nowhere », in The Boatman’s Call, 1997
Kader Attia, in TÉLÉRAMA le 09/04/2018 « Le plasticien Kader Attia :  “Je considère l’art comme une expérience politique”  »

Photos

Pour voir les photos du solo, c’est ICI